Un cinquième des personnes âgées en Israël sont maltraitées

La première enquête nationale israélienne sur la maltraitance des personnes âgées a dit que 18,4% des personnes âgées ont déclaré être abusé l’année précédente. Les taux de négligence étaient parmi les plus élevés au monde, tandis que les taux d’abus physique et sexuel et de limitation de la liberté étaient similaires à ceux de l’Amérique du Nord, du Royaume-Uni, de l’Australie et de Hong Kong. L’exploitation économique et la violence verbale étaient plus fréquentes en Israël que dans beaucoup de ces pays. Les types d’abus étaient la négligence (18%); verbale (8,0%) ou abus physique ou sexuel (2,0%); limitation de la liberté (2,7%), ou exploitation économique (6,6%) par un conjoint ou un enfant adulte. Certaines personnes avaient été abusées à plus d’un titre. Les femmes arabes âgées étaient les plus vulnérables aux abus physiques et à la limitation de la liberté. Dix pour cent des femmes arabes se sont plaintes de violences physiques et sexuelles à leur encontre au cours des 12 derniers mois (contre 2,1% de femmes juives), tandis que 6,7% des femmes arabes se sont plaintes de limitation de liberté (contre 2,6% de femmes juives) . Dans l’ensemble, 40% des femmes arabes se plaignaient d’un ou de plusieurs types d’abus ou de négligence, contre 33,9% des femmes juives. Le président d’Israël, Moshe Katsav, a déclaré que le document “a arraché un masque et a montré un visage hideux de la société israélienne et témoigne d’un phénomène insupportable qui exige de prendre des mesures urgentes”, at-il ajouté. L’équipe de recherche était dirigée par le professeur Zvi Eisikovits et la professeure Ariella Lowenstein de la faculté des études sociales et sanitaires de l’Université de Haïfa. L’enquête, initiée par l’Association pour la planification et le développement des services pour les personnes âgées en Israël, l’Institut national d’assurance et l’université, a étudié 1045 résidents urbains en âge de prendre leur retraite sans démence, qui ne vivaient pas en institution et représentaient un représentant. Le professeur Eisikovits a déclaré que lui et ses collègues étaient choqués par leurs découvertes, Israël se considérant comme une société familiale intime et que les abus dans les institutions gériatriques étaient probablement encore plus répandus. Les politiciens et les commentateurs ont exprimé leur tristesse face aux résultats. La vénération des personnes âgées est un principe central de la tradition juive et islamique. Quelques personnes ayant dénoncé des abus se sont plaintes aux autorités, apparemment par peur, sentiments d’amour pour l’agresseur, réticence à mettre leur conjoint ou leur enfant en difficulté, inaccessibilité ou la croyance que personne ne les aiderait. Un résultat immédiat de l’enquête a été l’établissement d’une ligne téléphonique gratuite pour signaler les abus, mais les recommandations incluaient des programmes d’autonomisation et des mesures de protection contre l’exploitation financière par les membres de la famille. les travailleurs étrangers, était rare. Les abus financiers et autres des personnes âgées étaient particulièrement fréquents lorsque les enfants adultes étaient au chômage, séparés ou divorcés ou dépendaient de l’alcool ou des drogues. Les chercheurs ont dit que, contrairement à de nombreuses enquêtes sur les mauvais traitements infligés aux aînés à l’étranger, ils interrogeaient les domicile, plutôt que par téléphone, a choisi un échantillon représentatif de la population générale et ne s’est pas concentré uniquement sur les secteurs problématiques. Un résumé du rapport en anglais sera disponible à partir du 11 mars sur le site Web d’ESHEL, American Joint Distribution. La randomisation mendélienne permet l’épidémiologie