Les Pays-Bas repoussent l’interdiction de fumer dans les restaurants et les théâtres

Les plans d’interdiction de fumer dans les restaurants et cafés néerlandais ont été reportés indéfiniment, après que le ministre de la Santé Hans Hoogervorst ses propres plans pour protéger les employés contre la fumée de cigarette. Les théâtres, les salles de concert et les lieux de musique pop sont également exemptés indéfiniment. Cette décision marque un changement par rapport à la politique antitabac sévère de l’ancien ministre de la Santé, Els Borst. Elle a soutenu les changements dans la loi sur le tabac rendant les employeurs juridiquement tenus de fournir un environnement de travail sans fumée. Le gouvernement actuel estime que cette politique est peu pratique dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Les employeurs ont maintenant jusqu’à Noël pour produire un «plan étape par étape» réaliste pour s’orienter vers une politique de cafés et de restaurants sans fumée qui soit «convaincante» du point de vue «de la santé publique». Mais il n’y a pas de limite de temps explicite à leur exemption de la loi antitabac néerlandaise, qui entrera en vigueur en 2004. Des exceptions spécifiques sont également prévues pour les trains internationaux, les chambres individuelles dans les établissements psychiatriques et les maisons de soins, Bien que la loi reconnaisse les dangers du tabagisme passif, elle accepte également que les employeurs ne soient pas toujours en mesure de garantir un environnement totalement sans fumée. Les organisations antitabac, Clean Air Now et Stivoro, sont furieuses de ce qu’elles considèrent comme un virage gouvernemental. Stivoro et trois autres organisations soutiennent que la nouvelle loi sur le tabac offre une garantie légale claire du droit de travailler dans un environnement sans fumée, sans aucune exception. L’autoréglementation indéfinie de l’industrie équivaut à annuler, et non à remettre à plus tard, une loi démocratiquement acceptée qui ne devrait pas être annulée par des «négociations en coulisses», affirment-ils. Le président de Clean Air Now, Willem van den Oetelaar, s’est dit «surpris» que le ministre ait fait un tel «changement radical dans quelques mois». Une déclaration de l’organisme a déclaré que le ministre avait «reconnu» les «grandes difficultés» par l’introduction d’un lieu de travail sans fumée. Il n’y avait, en principe, pas de délai pour l’exemption de l’industrie, mais il proposerait des mesures concrètes conformes à l’opinion publique contre le tabagisme.