Effets non spécifiques de la vaccination

Rédacteur — Vaugelade et al ont trouvé le BCG Cependant, comme ils le reconnaissent, les enfants vaccinés à mort peuvent avoir été mal classifiés parce que leurs cartes de vaccination ont été détruites. Dans une analyse de survie utilisant des vaccins contre la diphtérie, le vaccin antitétanique et anticoquelucheux (DTC). les dates de vaccination en tant que covariables dépendant du temps, les enfants survivants changent de statut à la date de vaccination même si les vaccinations ont été seulement connues plus tard, alors que les vaccinés morts d les enfants et leur temps de suivi restent dans le groupe non vacciné.2,3 En conséquence, le temps de survie sans risque sera alloué au groupe vacciné, créant un biais de survie.2 Par conséquent, la mortalité est trop élevée chez les enfants non vaccinés; 45% des enfants ont été vaccinés avant l’âge de 6 mois, mais seulement 12 enfants vaccinés sont morts contre 435 enfants non vaccinés. Cela correspond à une mortalité improbable de 10 à 15 fois plus élevée chez les enfants non vaccinés de moins de 6 mois. En revanche, la mortalité en Guinée-Bissau n’était que deux fois plus élevée4. Afin de contrôler les erreurs de classification, Vaugelade et al. Prétendent reproduire notre analyse, en utilisant le statut de vaccination fixé dans le temps. Cependant, ces analyses présentaient plusieurs différences méthodologiques4. Plus important encore, nous avons enregistré la non-vaccination et exclu 35% des informations manquantes5, alors qu’elles n’excluaient aucun enfant.1 D’où leur “ non vaccinés ” groupe inclus non vaccinés et enfants sans information. Cela peut avoir gonflé la mortalité, le taux étant de 129% (76-198%) plus élevé chez les enfants non vaccinés que vaccinés, contre seulement 35% (-3-89%) en Guinée-Bissau.5 Le groupe de référence peut donc ne pas être pertinent et les estimations correspondantes du DTC et du BCG étant associées à une réduction de 50% de la mortalité peuvent être trompeuses.1 Vaugelade et al reconnaissent une erreur de classification potentielle mais sous-estiment probablement l’effet et maintiennent donc la conclusion que le BCG et le DTC ont des effets bénéfiques. Cependant, l’introduction d’un biais de survie dans une analyse peut transformer une estimation négative en une estimation positive et ne peut donc pas documenter les effets non spécifiques ou fournir l’assurance que le DTP n’a pas de mortalité accrue.